espace-pro

L'actu

Publié le
01/07

Laurette : Miser sur les variétés

La stratégie de la jeune PME nordiste Pom’Ideal est de dénicher des variétés à l’avenir prometteur et de jouer la carte marketing pour se différencier sur un marché fort occupé. 

Par Jacky Lacherest

Créée il y a dix-huit mois, l’entreprise Pom’ldéal, située a WItternesse (Pas-de-Calais), commence a se faire un nom sur la mise en marché variétale, grce à la Laurette. À la tête de cette eune PME, François Lefebvre assure la technique et André Sambussy, le commercial et le marketing. « Lorsque je suis entré chez Pomone en 2007, mon objectif était de racheter

cette entreprise, se souvient François Lefebvre. Je devais donc trouver un partenaire complémentaire, partageant les mêmes valeurs, les mêmes objectifs », explique-t-il. La rencontre avec André Sambussy s’est faite deux ans avant la reprise. C’est en juillet 2011 que Pomone est rachetée et qu’est créée la SAS Pom’ldéal. Les deux entreprises se complètent. Pomone acture les clients. Pom’Idéal est la marque commerciale sous laquelle sont présentées les activités. « D’ici à deux ans, Pomone disparaîtra au profit de Pom’Idéal qui englobera ‘ensemble des activités », précisent les dirigeants. Les deux hommes ont bâti leur stratégie autour de deux axes: la poursuite de l’activité de négoce de Pomone, comprenant le suivi technique des opérateurs français et belges, ainsi que le développement et la commercialisation de nouvelles ariétés. « Pour cette dernière activité, nous prenons le temps e découvrir de nouveaux matériels, de les tester dans des conditions réelles, d’établir un plan de développement et de trouver le ou les partenaires », explique François Lefebvre.

Nous assurons, aujourd’hui, l’avenir.

Pom’ldéal commercialise aujourd’hui quatre variétés. La dernière arrivée se prénomme Laurette, un plant à l’avenir prometteur: homogénéité, des besoins en azote réduit, un rendement important et de beaux tubercules idéals pour

le secteur de l’hostellerie. La variété sera vendue dans les hypermarchés français, allemands et belges. D’ici à 2015,

50 hectares seront produits (15 ha en 2012). Pom’ ldéal peut aussi compter sur Liberta pour la grande consommation avec 50 ha emblavés cette année et sur deux variétés originales.

Prunelle est une variété étrangère qui sera inscrite cette année au catalogue CTPS, elle est destinée au marché du frais et à l’industrie de la chips. Marie-Jolie, elle, est une chair fine bicolore à la forme oblongue destinée au marché anglais. « C’est la deuxième année que nous emblavons

cette Marie-Jolie sur 5 ha, précise François Lefebvre. Le développement commercial d’une variété se fait sur vingt ­cinq ans. C’est donc aujourd’hui que nous assurons l’avenir de Pom ‘Idéal. » Pour cette nouvelle campagne, l’entreprise encadre techniquement 750 ha. Une superficie qui ne cesse de croître. « Nous pourrons encore cette année prendre en charge l’ensemble des missions. Mais nous réfléchissons, dès à présent, à recruter pour l’an prochain. » L’entreprise ne compte que trois personnes: les cogérants, se définissant comme des multi-cartes, aidés de Catherine Delangue, garante de l’organisation.

equipe-pomideal

L’équipe de pom’Ideal compte trois personnes : André Sambussy, Catherine Delangueet François Lefebvre. !un effectif qui devrait croître dans les prochains mois.

L’atout marketing.

Pour se différencier de la concurrence

et imposer sa marque, Pom’Idéal joue la carte du marketing sous la responsabilité d’André Sambussy. Laurette en est un exemple : logo et graphisme attrayants sur fond d’ardoise rappelant l’univers de la restauration, site internet dédié, kit de communication pour les distributeurs, charte de bonnes conduites pour l’ensemble de la chaîne, raisonnement sur un réseau de distributeurs pour limiter la concurrence directe et création de recettes avec le chef cuisinier David Wojtkowiak. L’équipe de Pom’ldéal travaille actuellement sur un nouvel emballage, lancement prévu en juillet, « il sera pratique et très maniable, présentant une commodité d’utilisation innovante, annoncent-ils, et promettent une mutation importante de la société dans les quatre à cinq ans à venir ».

La pomme de terre Française – MArs-Avril 2013 N°586